Transept sud de la Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg

Programme de l’intervention : Etude de diagnostic des vitraux du bras sud du transept
Maîtrise d’ouvrage : DRAC Alsace
Maîtrise d’oeuvre : Pierre-Yves Caillault ACMH mission complète
Calendrier des travaux : 2016-en cours
Coût prévisionnel des travaux :  1 343 885 € HT

Le monument

Le transept sud résulte de plusieurs phases de construction postérieures à l’incendie de la cathédrale au milieu du XIIe siècle, et témoigne ainsi de l’évolution architecturale de la cathédrale du roman vers le gothique. Si le portail sud est achevé dans les premières années du XIIIe siècle, la construction du transept semble se poursuivre jusque vers 1230, date de réalisation du pilier des Anges et du programme décoratif sculpté du portail. Il faut alors dater la mise en oeuvre des verrières des années 1235.

La restauration

La présente intervention a pour but la restauration intégrale des façades du bras sud du transept et ses contreforts : parements en grès, sculptures, verrières, décor polychrome, menuiseries, serrureries et couvertures.
La restauration des façades se fera avec le souci de conserver un maximum de pierres, les remplacements étant limités au strict nécessaire. Le décor sculpté existant sera restauré, et des sculptures neuves viendront compléter les lacunes.
Deux grands types de décor polychrome ont été identifiés sur les façades du bras sud du transept. Le premier type de décor, probablement du XIIIe siècle, en place sur l’ensemble des parements extérieurs, correspond à des badigeons rose ou rouge pâle unifiant l’ensemble des surfaces et des moulurations. Le second type de décor identifié, probablement antérieur au XVIe siècle, d’un extraordinaire intérêt, consiste en un faux appareil polychrome à joints blancs, visant à magnifier l’aspect réel de la maçonnerie en jouant sur les différentes couleurs des grès et en imitant les veines de la pierre.

L’opération de restauration des façades du bras sud du transept de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, qui sera menée par l’Oeuvre Notre Dame, s’est présentée comme une opportunité de compléter le programme de travaux en intégrant la restauration des vitraux.
Le bras sud du transept est percé de treize baies, dont les verrières apparaissent comme un véritable résumé de l’histoire de la cathédrale. Certaines baies conservent leurs vitraux d’origine, comme les deux roses. Le programme décoratif des autres verrières résulte de compositions réalisées au XIXe siècle, avec des panneaux romans provenant de la nef de la cathédrale, complétés et réagencés, excepté la grande baie de la façade ouest qui a reçu des vitraux de l’ancienne église des Dominicains de Strasbourg et les quatre lancettes sous les roses dont les vitraux, détruits en 1944, ont été remplacés en 1977 par des verrières contemporaines.