Musée lorrain – Nancy (Concours)

Nature de l’opération : Rénovation du musée et extension, concours
Maître d’ouvrage : Ville de Nancy
Maître d’oeuvre : Beaudouin-Husson Architectes (mandataire), RCR Arquitectes, Pierre-Yves Caillault ACMH, INEX, CE ingénierie, IN EXTENSO, MAW, AEI, Jean-Etienne Gralin
Calendrier de travaux : 2012-2013
Coût prévisionnel des travaux : 29 585 645 € HT

Le monument

Le Musée historique lorrain occupe plusieurs édifices en plein cœur du centre historique de Nancy. Établi de 1851 dans un ancien palais ducal (qui conserve en grande partie ses disposition du XVIe siècle), il s’étend au bâtiment adjacent dit pavillon Moray (entièrement remanié au XIXe siècle) et aux annexes du palais, au couvent et à l’église des Cordeliers (qui abrite les sépultures des ducs de Lorraine), et au palais du Gouvernement conçu par Emmanuel Héré pour le roi Stanislas dans le cadre de la création de l’ensemble urbain du milieu du XVIIIe siècle.
Le projet de rénovation du musée lorrain a commencé en 2005 avec la restauration des façades du palais ducal, puis celles des œuvres du musée. En 2012, un concours international a été lancé afin de nommer une équipe pluridisciplinaire pour la maîtrise d’oeuvre de la rénovation du musée et de son jardin.

La restauration

L’ensemble est traité comme un « Musée-Promenade » dont le Jardin serait la première salle en  accès libre. Ce Jardin comporte des outils de médiation, qui retracent les transformations d’un lieu fondateur de l’histoire de la Lorraine.
Le Jardin de Cristal et la Cour du Palais Ducal sont des lieux attractifs et ouverts faisant partie de la ville dans son ensemble. Ils réintègrent à nouveau le système des promenades publiques du centre ville qui avait été fermé à la fin du XVII° siècle. La présence d’un café au cœur du jardin est essentielle pour  l’atmosphère du lieu.
Le parc est un Jardin de Cristal où la tradition lorraine du verre se mélange à la beauté végétale de la nature qui se reflète dans les colonnes de verre. Du côté du Palais Ducal, la colonnade est dédoublée pour créer la faille de lumière qui accompagne l’accès au Musée.
Le projet laisse une place ouverte aux importants fragments archéologiques qui pourraient se trouver en sous-sol dans les jardins du Musée Lorrain.